mardi 25 novembre 2008

Hommage à Roger Martin du Gard - Clermont 22.11.08

Le début d’après-midi était réservé aux interventions de Mademoiselle Charlotte Andrieux - Docteur ès lettres, chercheur, spécialiste de Roger Martin du Gard et membre du bureau de l’Association des Amis de RMG - de M. Claude Teillet, de M. Claude Boulet, respectivement ancien et actuel président de la Société Archéologique de Clermont, puis à la projection du court métrage « Les Lettres du Tertre ».

C’est certainement la communication de Charlotte Andrieux, « Clermont dans l’œuvre de Roger Martin du Gard », qui captiva par la clarté de la présentation l’auditoire : trois quarts d’heure d’un exposé dense, précis, documenté et conduit avec générosité.



L'après-midi s'est poursuivie par une petite promenade littéraire ; la température et un vent glacial n’ont pas découragé la cinquantaine de personnes qui a ainsi pu mettre ses pas sur les traces de Roger Martin du Gard. " Je me souviens du wagon ensoleillé, en forme de berline et de l'instant magique, bref comme une étincelle, où l'on s'écriait en collant le nez à la vitre : Voilà Clermont ! : une ville en pain de sucre [...] " (1).
A la nuit tombante, le point d’orgue de cette balade fut naturellement la visite de la maison de grand-mère Wimy. " Au bout de la place, à droite, une ruelle, un raidillon la rue des Masqueries. C'était là : un large portail blanc entre deux murailles élevées " (2).





Cette journée commémorative s’est terminée par l’inauguration d'une plaque apposée sur la façade de la maison 3, place de l‘Hôtel-de-Ville achetée par Roger Martin du Gard en 1920.



Enfin, avant de se séparer les participants furent invités à rejoindre, dans une salle de l’Hôtel - de-Ville, le buffet pour partager un verre offert par la Mairie de Clermont.

(1) (2) : Souvenirs d'enfance, Journal I, p. 6.

2 commentaires:

dominique a dit…

Merci beaucoup à Philippe Brin. C'est une brève mais très précise narration de cet après-midi clermontois, à la fois chaleureux et glacial, qui a réuni des amis de RMG par-delà l'aléatoire de la mémoire humaine. Toutes les interventions ont été passionnantes : la lecture si prégnante de Charlotte Andrieux (qui pourra un jour écrire "Une vie avec Roger Martin du Gard"!); les films et parcours si attentifs de Claude Teillet puis de Claude Boulet ; et enfin le film consacré au Tertre, sur une musique d'Erik Satie, qui fut rien moins qu'émouvant. Puis tous ensemble nous avons mis nos pas dans ceux de l'auteur des Thibault, à la recherche, jamais assouvie, des traces et signes qu'il aura bien voulu nous laisser. Car en vérité personne n'est mort tant qu'il vit encore dans notre âme, tant qu'il habite pour toujours notre cœur. Dominique Beaujard.

Philippe Brin a dit…

Merci pour votre aimable message.
Bien à vous.